Sécheresse vaginale

La sécheresse intime ou l’absence de l’humidification naturelle du vagin peut avoir des origines variées. Elle peut être psychique (crainte, appréhension) ou physiologique (modification hormonale telle que la ménopause) et occasionner des désagréments ou inconfort, des irritations, une sécheresse des muqueuses intimes, des douleurs lors des rapports sexuels…

Irritations

Démangeaisons

Sécheresse

Inflammations

Quelles causes ?

Les causes de la sécheresse vaginale sont multiples, à savoir :

  • Modification hormonale : Pendant la grossesse, l’allaitement, la ménopause, la production des hormones évolue, fragilisant alors la zone intime. on peut utiliser des gels lubrifiants ou des ovules adaptés pour soulager la sécheresse du vagin au quotidien.
  • Le stress, la peur (anxiété) et la fatigue : Quelle que soit son origine, le stress provoque une mauvaise lubrification des parois vaginales. Ce sont les femmes ménopausées qui sont les plus touchées par le stress. Avec la fatigue et la peur, il figure parmi les premiers facteurs de blocage du processus d’excitation sexuelle et de l’humidification naturelle du vagin.
  • La prise de certains médicaments : Si vous devez prendre des antidépresseurs, des traitements antiacnéiques, des anti-hypertenseurs, des vasoconstricteurs, des antihistaminiques, des pilules contraceptives ou d’autres médicaments, prenez soin de bien lire les notices. Si un médicament peut être à l’origine d’une sécheresse buccale, il peut également assécher les autres muqueuses et entraîner une sécheresse vaginale. En cas de doute, n’hésitez pas à demander l’avis d’un médecin. La chimiothérapie ainsi que l’irradiation peuvent aussi augmenter le risque de souffrir de sécheresse vaginale.
  • La ménopause : Au moment de la ménopause, des troubles hormonaux ainsi que la carence en œstrogène sont inévitables et engendrent un déséquilibre de la lubrification vaginale.
  • Les troubles hormonaux (diminution du taux d’œstrogènes) et les troubles de l’ovaire.
  • La grossesse : Pendant les trois premiers mois de grossesse, la femme peut souffrir d’une sécheresse vaginale passagère qui doit normalement se rétablir dès que la région pelvienne recommence à s’engorger de sang.
  • L’allaitement peut aussi être source de perturbation hormonale.
  • Les infections vaginales (ex. mycoses vaginales).
  • Les toilettes intimes trop excessives.
  • La consommation de tabac, à cause de l’effet vasoconstricteur provoqué par la nicotine.
  • La consommation excessive d’alcool, source de déshydratation de l’organisme.

Que faire en cas de sécheresse intime ?

  • Utiliser des baumes hydratants comme Actiderma PUR, qui réparent et renforcent la fonction barrière naturelle de la peau.
  • Prendre soin d’avoir une hygiène intime optimale.
  • Consulter son médecin ou pharmacien afin d’obtenir un traitement médicamenteux si nécessaire.

Quels produits utiliser en cas de sécheresse vaginale ?

  • Actiderma PUR protège, renforce, restaure et nettoie la peau des parties génitales.
  • Ce baume de soin ne remplace pas un traitement médical mais est un complément hydratant pour apaiser immédiatement la zone sensible.
  • Actiderma PUR s’utilise également en soin quotidien en prévention d’éventuels désagréments.

HIDDEN

Bon à savoir :

Afin de prévenir la sécheresse vaginale, il est conseillé de :

  • Utiliser un soin surgras au quotidien en/soin et/nettoyant pour favoriser le bon fonctionnement de la barrière naturelle de la peau.
  • Limiter les toilettes intimes à deux fois par jour afin d’entretenir l’équilibre de la flore de Döderlein ou flore vaginale.
  • Utiliser un produit qui ne risque pas de nuire à l’acidité de la flore vaginale lors des toilettes intimes, un savon doux au pH neutre par exemple.
  • Ne pas utiliser trop régulièrement des protège-slips et des tampons car leur capacité d’absorption peut à long terme contribuer à dessécher le vagin.
  • Éviter de porter des pantalons trop serrés qui peuvent irriter la vulve à cause du frottement. Les sous-vêtements en coton sont également à privilégier.
  • Porter des sous-vêtements (slips, culottes) en coton et non en synthétique, nylon, qui favorisent la macération.
  • Laver les sous-vêtements à 60° et plus et séparément des autres vêtements.
  • Ne pas rester longtemps avec des maillots de bains humides à même le corps, veiller à les sécher rapidement ou à les échanger contre un sous-vêtement ou maillot sec (humidité et macération favorisant les mycoses).
  • Ne jamais échanger ou utiliser une serviette de toilette, éponge, linge, maillot de bain, sous-vêtement utilisé par autrui, dont on n’est pas certain de la propreté rigoureuse.
  • Changer les sous-vêtements pour des sous-vêtements propres, au moins une fois par jour ou plus en cas de transpiration excessive (après effort physique, en cas de conditions atmosphériques de chaleur, humidité).
  • Privilégier les préliminaires lors des relations sexuelles afin de favoriser l’humidification naturelle.
  • Évacuer le stress et reprendre confiance en soi.
  • Protéger sa zone intime à l’aide d’une application de baume gras tel qu’Actiderma PUR avant de nager car l’eau chlorée peut favoriser les démangeaisons.